Pourquoi Total s’intéresse au développement régional, aux PME et à l’INNOVATION

Lors des 3èmes rencontres parlementaires sur l’Industrie (16 avril 2013), Total a ré-exprimé son intérêt pour l’Innovation. Une bonne occasion pour retranscrire l’intervention de Philippe DESRIAC, Expert Innovation à « Total Développement Régional ».

rencontres-industire

Contexte général

La crise économique que nous traversons est un révélateur de la fragilité des PME qui doivent faire face à une concurrence de plus en plus vive dans un environnement en perpétuel changement. De par ses caractéristiques, (proportion importante de TPE, forte activité de service / sous-traitance avec une dépendance vis-à-vis de quelques donneurs d’ordres) les PME françaises sont touchées et il faut donc envisager une action vigoureuse visant une amélioration de la compétitivité de ces entreprises.

Selon nous, cette amélioration de la compétitivité est étroitement liée à l’adoption d’une démarche active d’innovation seule capable d’assurer une différenciation favorable, la création de valeur indispensable et par suite, la création d’emplois et le développement durable des entreprises.

Rôle d’une grande entreprise

La dimension de Total et sa stature internationale ne nous font pas oublier notre responsabilité au plan local et nous conduisent à nous montrer solidaire des entreprises de plus petite taille qui se créent, se développent et se transmettent notamment dans les régions françaises qui accueillent nos activités industrielles. Un point très important est que, le cadre de cette politique, Total intervient en complémentarité avec les acteurs publics et les instituions dont la mission est de favoriser le développement économique local.

Ainsi, face aux situations exceptionnelles de toutes natures (diversifications économiques, redéploiements industriels, ré industrialisations, catastrophes accidentelles ou intentionnelles), le Groupe réagit au travers de dispositifs d’accompagnement économique et social comme cela a été le cas par exemple à Lacq.

Les moyens appropriés sont alors mobilisés, au premier rang desquels figure TOTAL DEVELOPPEMENT REGIONAL qui est une direction de la Holding de TOTAL.

TDR, développe une offre d’assistance technique et financière, voire administrative, destinée en priorité aux porteurs de projets ou aux entreprises en développement sur ces territoires. Les outils d’appui financier sont le complément de la mise à disposition de moyens intellectuels, logistiques et internationaux du Groupe Total.

L’innovation favorise l’emploi

Je souhaiterais d’abord m’exprimer sur le fait que l’innovation n’est pas ennemie de l’emploi. On a souvent tendance à freiner l’innovation, à lui préférer, par exemple, le soutien d’activités en déclin, en se disant qu’en faisant cela on soutien l’emploi. C’est une erreur : les réels soutiens à l’emploi, sur la durée, sont l’innovation et la créativité.

Des courbes réalisées à très long terme, démontrent que, sur une période de 150 ou 200 ans, la productivité du travail a été multipliée par 10. Dans le même temps, grâce à l’innovation, l’emploi lui, a été multiplié par 5, ce qui veut dire que la production totale a été multipliée par cinquante et que nous sommes donc plus riches qu’avant. On voit bien que les 2 mouvements vont de pair : l’innovation prépare l’emploi, elle n’est pas concurrente de l’emploi.

Les 3 maîtres-mots qui déterminent notre action d’aide à l’innovation

Il convient d’adapter la stratégie d’innovation aux PME et aux réalités d’aujourd’hui, en redéfinissant le concept d’innovation. Il est en effet désormais admis que l’innovation se doit d’être tout à la fois :

  • Globale, en s’appliquant à tous les leviers de la performance et de la compétitivité et non au seul produit ; on doit donc viser ainsi une «innovation 360°» en matière d’outils de production, achats, méthodes de commercialisation, marketing, services, logistique, organisation, etc.
  • Incrémentale plutôt que de rupture, le principe de réalité nous conduisant à miser sur une innovation par petits pas, à la fois progressive et continue
  • Collaborative, c’est-à-dire ouverte à des partenariats externes (laboratoires de recherches, autres entreprises françaises et étrangères).

L’apport de TOTAL

Beaucoup d’entreprises sont aujourd’hui en panne d’innovation. Il convient donc de les aider à se réapprovisionner en idées et projets d’innovation afin qu’elles soient fin prête à profiter à plein du redémarrage économique qui ne manquera pas de survenir.

En effet, grâce à notre connaissance des évolutions techniques et commerciales, nous avons identifiés des axes de développements de nos activités à 2 ans, 5 ans et 10 ans et nous pouvons donc les transmettre à des PME afin qu’elles restent « dans la course à nos cotés ».

C‘est dans ces conditions que nous proposons aux entreprises un soutien financier significatif dont la vocation finale est de donner cette dynamique d’innovation aux PME.

En conclusion

Nous sommes persuadés que les entreprises qui sortiront gagnantes de la crise seront celles disposant de la meilleure capacité d’innovation et ipso facto de la meilleure assise humaine. Vous voyez donc que notre mission est claire : aider les PME à innover !

Contribuer à la réussite de ce défi nous fera participer, pour notre modeste part, à l’objectif de croissance du pays et à celui du rehaussement du niveau technologique et innovant de nos entreprises.

A propos de Philippe DESRIAC

a2340137608080d75aec3f0ecc53fe18e8217665

Expert innovation de Total Développement régional, Philippe Desriac y anime le pôle Innovation & PME. Philippe Desriac a plus de 20 ans d’expérience en Projet, R&D, Industrialisation, Commercial, Marketing, International et aide les PME à réaliser des gains significatifs à travers la mise en oeuvre de nouveaux produits, nouvelles stratégies, nouveaux business models, nouveaux processus et organisations. Il a de nombreuses expériences de l’industrie dans des secteurs variés liés aux métiers de Total, comme de l’industrie agroalimentaire, sport, transport.

[Interview] Qu’est-ce que l’Innovation pour un Business Angel ?

L’innovation pour Wikipédia est « une dynamique permanente d’amélioration créative incitant les entreprises à innover, c’est-à-dire à concevoir et à lancer continuellement, sur un marché concurrentiel, de nouveaux produits et services ». Une simple « dynamique d’amélioration » ? Un peu réducteur ? Je trouve aussi. Les définitions sont nombreuses et se complètent, c’est pourquoi j’ai trouvé intéressant de demander l’avis aux acteurs de l’innovation en France. Entrepreneurs, Business Angels, Startupeurs, Intrapreneurs, chacun nous livre sa vision des choses.

di

Après l’interview d’Olivier Servoise, poursuivons ce tour de France de l’innovation avec Didier Tranchier (@Tranchier), Business Angel et Professeur de Gestion de l’Innovation.

Didier, comment définis-tu l’Innovation?

De manière générale, l’innovation est le processus de mise sur le marché de nouveaux services et produits. Concrètement, les technologies déployées dans le monde actuellement (internet, haut débit, smart phones) créent des conditions de transformation complète de l’économie et ouvrent des nouveaux marchés, des nouveaux canaux de distribution, de nouvelles manières d’interagir et de nouvelles industrie.

J’appelle la période que nous vivons « LA RENAISSANCE INDUSTRIELLE« . Cette renaissance/révolution complète de notre économie va durer plusieurs dizaines d’années et offre des opportunités illimitées pour des jeunes entreprises innovantes capables d’explorer ces nouveaux univers.

Comment analyses-tu la relation qu’ont les Grands Groupes avec l’Innovation ?

Il est étonnant de constater que les grands groupes, ceux qui ont accès aux marchés, aux ressources et aux études de marché, sont ceux qui ont le plus de difficultés à bénéficier de ces nouvelles opportunités et de ces nouveaux marchés. Rare en effet sont les groupes industriels qui vendent leur produits sur internet ou qui ont compris que l’internet leur permet de recevoir les suggestions / remarques de leurs clients utilisateurs afin d’améliorer leurs produits et services. Il est vrai également que la culture grand groupe est très différente, voire incompatible avec l’agilité, la prise de risque et la vitesse d’exécution des start-ups.

Pour autant, je crois que cette relation Grand Groupe / Startup est la clé de la réussite économique car elle permet de combiner le modèle industriel avec la créativité et l’innovation. En particulier, la France est l’un des pays les mieux placés pour bénéficier de cette opportunité. C’est la raison pour laquelle je consacre mon temps à construire cette relation Grand Groupe / Startup, mais cela nécessite que le Grand Groupe accepte de remettre en cause ses certitudes et sa stratégie industrielle passée pour examiner les opportunités de marché et bâtir une nouvelle stratégie basée sur l’innovation et la conquête de nouveaux marchés.

La crise est-elle pour toi un déclencheur d’Innovation ?

La crise actuelle est le signe d’une transformation radicale de notre système économique dont les futurs champions seront les Start-ups qui auront réussi à capturer une partie significative des ces nouveaux marchés ou bien les Grands Groupes qui auront une stratégie de conquête audacieuse et qui sauront tisser des liens de confiance avec des Start-ups. Vive la CRISE et vive l’INNOVATION !