L’innovation a toujours été l’avenir de l’homme

title 2013 07 11 - Article Pierrick

« Aujourd’hui tout le monde parle d’innovation. ». Vous aussi vous entendez et lisez cette phrase tout le temps ?

Et c’est normal, surtout dans cette période de crise économique. Mais, contrairement à ce que d’autres peuvent dire, personnellement je trouve que c’est une très bonne chose : parler d’innovation, c’est aussi se demander ce que l’on peut faire de mieux, pour qui et pour quoi faire. Mieux, c’est propager un état d’esprit créatif et constructif, même si nous ne faisons qu’en parler.

D’ailleurs, nous ne manquons pas de créativité : qu’il s’agisse de découvrir et améliorer des technologies ou que d’entreprenants esprits imaginent les services les plus originaux, nos semblables ne cessent de nous étonner ! Citons, à titre d’exemple, la réparation osseuse par impression 3D, les Google Glass et cette lampe de poche à LEDs, alimentée par la chaleur de la main qui la tient, inventée par une américaine, lycéenne de 15 ans de surcroît ! Mais passer de l’idée à l’innovation est très difficile et cela créé souvent une fracture dans notre Société :

  • Une société des entreprises et des entrepreneurs. Pour eux, bien que leurs motivations soient différentes, transformer l’idée en innovation est une nécessité
  • Une société des individus : « nous » citoyens, « nous » consommateurs, « nous » salariés. Notre mode de vie mondialisé ne nous laisse que peu de temps à consacrer à la créativité et l’imagination, pourtant nous en avons tous besoin ! Au même titre qu’une vie professionnelle et personnelle épanouie, nous recherchons -consciemment ou inconsciemment- à nous inscrire dans une démarche d’utilité collective.

Râler en est l’une des expressions, c’est dire le potentiel en France 🙂
Qui comprendrait que nous laissions de côté aujourd’hui le formidable gisement des idées de nos concitoyens ? Internet le permet, et c’est bien la démarche de nombreuses entreprises qui se sont lancées dans l’Innovation Ouverte (plus connue sous le nom d’Open Innovation).

Le problème, avec les techniques actuelles d’Open Innovation, c’est qu’elles ne répondent pas à l’ensemble des besoins de ces deux sociétés.

Prenons par exemple :

  • Le Crowdsourcing (ou collaboration ouverte) permet de travailler avec un très grand nombre d’individus, mais cette méthode pose des limites de reconnaissance financière et sociale.
  • Le Social CRM (ou gestion de la relation client par les réseaux sociaux) permet à la société des individus d’être écoutés (j’aime à croire qu’ils le sont réellement !), mais il est très difficile pour une entreprise de collecter et d’analyser les milliers d’idées proposées. Encore moins de les enrichir.
  • Plus proche d’actions internes dans les entreprises, il y a le SMI ou Système de Management des Idées : c’est un logiciel en mode projet qui réunit souvent un réseau social interne et une application de gestion de projet afin d’aider à la transformation des idées en innovations. Là encore, malheureusement, la propriété intellectuelle est divulguée dès la première seconde, retirant par là-même tout un pan de créativité et de motivation personnelle. La gestion en mode projet est réalisée bien trop tôt, si tant est d‘ailleurs qu’il soit nécessaire de la réaliser sur ce type de plateforme.

Réfléchissons. Il doit bien y avoir un moyen de rassembler tous les besoins de ces deux sociétés, et d’y répondre avec un seul schéma : un ensemble d’outils complémentaires, pertinents, et pour donner des résultats concrets pour les deux parties ?

Ce moyen existe. Il s’appelle Inventive !
Libérer les individus de leurs inhibitions et provoquer en eux la satisfaction de cultiver leur créativité, comme on entretient son corps ou sa mémoire. Savoir collecter et analyser un très grand nombre de données, pour en faire émerger des problèmes analysés et traduits selon des besoins techniques et comportementaux. Des problèmes racines, des tendances de besoins, des idées sélectionnées pour leur potentiel d’innovation : c’est cela qu’Inventive apporte aux entreprises en quête de compétitivité et de notoriété.

En créant Inventive, nous n’avons jamais perdu de vue l’essentiel : répondre aux besoins…

  • Pour les individus, la reconnaissance sociale et financière, l’estime de soi dans la créativité, la responsabilisation dans la transformation ;
  • Pour les entreprises, la capacité de collecte et d’analyse de Big data, l’expertise, la valorisation, l’enrichissement des méthodes de transformation et la commercialisation dans le bon Time To Market de ce formidable puits de compétitivité que sont nos idées.

Le passage qui mène de l’idée à l’innovation est comme un tout petit conduit. Une entreprise qui veut profiter de notre tunnel profitera d’une longueur d’avance sur son marché, c’est certain, mais le plus important est que cette entreprise placera en son centre ses clients et ses salariés, non pas comme de simples contributeurs mais comme autant de propulseurs internes d’innovations et de notoriété.

Ce qui existe aujourd’hui comme culture d’innovation n’est encore que très artisanal. Inventive créé le tissu social innovant dont la Société devra se doter dès lors qu’elle voudra réunifier ses citoyens et ses entreprises, vers une productivité performante, une productivité qui a du sens pour tous.

2013 07 11 - Articlec PierrickA propos d’Inventive

Inventive est la première startup d’Open Innovation de 3ème génération. L’entreprise collabore avec des PME et des grands groupes pour les aider dans l’accélération de leur compétitivité grâce à une technique d’innovation ouverte
exclusive.

A propos de l’auteur2013 07 11 - Article Pierrick
Arnaud Bonnefond est co-fondateur d’Inventive, Ingénieur Orsay, il a travaillé pour les R&D de Philips et d’Alcatel-Lucent, contribué à des programmes d’anticipation, au lancement de EDGE en France et à la création de modèles économiques innovants pour la Télévision Mobile.

Publicités

[Interview] Qu’est-ce que l’Innovation pour un Business Angel ?

L’innovation pour Wikipédia est « une dynamique permanente d’amélioration créative incitant les entreprises à innover, c’est-à-dire à concevoir et à lancer continuellement, sur un marché concurrentiel, de nouveaux produits et services ». Une simple « dynamique d’amélioration » ? Un peu réducteur ? Je trouve aussi. Les définitions sont nombreuses et se complètent, c’est pourquoi j’ai trouvé intéressant de demander l’avis aux acteurs de l’innovation en France. Entrepreneurs, Business Angels, Startupeurs, Intrapreneurs, chacun nous livre sa vision des choses.

di

Après l’interview d’Olivier Servoise, poursuivons ce tour de France de l’innovation avec Didier Tranchier (@Tranchier), Business Angel et Professeur de Gestion de l’Innovation.

Didier, comment définis-tu l’Innovation?

De manière générale, l’innovation est le processus de mise sur le marché de nouveaux services et produits. Concrètement, les technologies déployées dans le monde actuellement (internet, haut débit, smart phones) créent des conditions de transformation complète de l’économie et ouvrent des nouveaux marchés, des nouveaux canaux de distribution, de nouvelles manières d’interagir et de nouvelles industrie.

J’appelle la période que nous vivons « LA RENAISSANCE INDUSTRIELLE« . Cette renaissance/révolution complète de notre économie va durer plusieurs dizaines d’années et offre des opportunités illimitées pour des jeunes entreprises innovantes capables d’explorer ces nouveaux univers.

Comment analyses-tu la relation qu’ont les Grands Groupes avec l’Innovation ?

Il est étonnant de constater que les grands groupes, ceux qui ont accès aux marchés, aux ressources et aux études de marché, sont ceux qui ont le plus de difficultés à bénéficier de ces nouvelles opportunités et de ces nouveaux marchés. Rare en effet sont les groupes industriels qui vendent leur produits sur internet ou qui ont compris que l’internet leur permet de recevoir les suggestions / remarques de leurs clients utilisateurs afin d’améliorer leurs produits et services. Il est vrai également que la culture grand groupe est très différente, voire incompatible avec l’agilité, la prise de risque et la vitesse d’exécution des start-ups.

Pour autant, je crois que cette relation Grand Groupe / Startup est la clé de la réussite économique car elle permet de combiner le modèle industriel avec la créativité et l’innovation. En particulier, la France est l’un des pays les mieux placés pour bénéficier de cette opportunité. C’est la raison pour laquelle je consacre mon temps à construire cette relation Grand Groupe / Startup, mais cela nécessite que le Grand Groupe accepte de remettre en cause ses certitudes et sa stratégie industrielle passée pour examiner les opportunités de marché et bâtir une nouvelle stratégie basée sur l’innovation et la conquête de nouveaux marchés.

La crise est-elle pour toi un déclencheur d’Innovation ?

La crise actuelle est le signe d’une transformation radicale de notre système économique dont les futurs champions seront les Start-ups qui auront réussi à capturer une partie significative des ces nouveaux marchés ou bien les Grands Groupes qui auront une stratégie de conquête audacieuse et qui sauront tisser des liens de confiance avec des Start-ups. Vive la CRISE et vive l’INNOVATION !

Crowdsourcing: donnez la parole aux clients, ils la prendront !

Le crowdsourcing (de “crowd”= »la foule » et “outsourcing” = « externalisation ») est un moyen d’utiliser les connaissances et a créativité d’une foule d’individus ayant certaines compétences. L’objet de ce domaine est de faire sous-traiter des tâches à un grand nombre de personnes. Certaines tâches nécessitent une expertise et sont récompensées, d’autre non.

L’une des richesse du crowdsourcing pour une société est d’aller chercher des idées en dehors de celle-ci, notamment auprès de clients. Le but n’est pas de se faire dicter la stratégie par ses clients, mais de maximiser les chances de récolter des idées « Out of the box ». L’entreprise qui va utiliser cette méthode va acquérir un grand nombre de données, qui aujourd’hui se fait de la façon suivante: vous sortez de votre supermarché et on vous colle entre les mains un ticket pour gagner une voiture en échange de votre nom, adresse postale, adresse mail, numéro de téléphone et à la limite 2/3 questions sur ce que vous avez acheté (ce que peu de personnes vont remplir). Autant dire très pauvre en informations, juste bon à vous envoyer les 10 kg hebdomadaire de magazine promotionnel.

Avec le crowdsourcing, les clients vont être amenés à avoir la parole et à aimer donner leur avis! Ne vous inquiétez pas, ils la prendront d’une autre façon si ce n’est pas cadré chez vous. C’est comme ça qu’aujourd’hui on sait que France Loisirs fait de la vente (très) forcée et que La Poste ne vous livre que très rarement les colis chez vous!

Internet et les réseaux de télécommunications permettent un travail collaboratif de crowdsourcing et c’est encore très peu exploités aujourd’hui. Voici quelques sociétés qui ont engagé de telles démarches.

MSIMyStrabucksIdea :  Nous sommes prêts à mettre vos idées en pratique.

MyStarbucksIdea est l’exemple le plus brillant et le plus complet. Cette entreprise (ô combien innovante, qui ne fait « que » vendre du café…le rêve qui va avec !) lance un appel à chacun de ses clients et leur demande leur avis sur le design du magasin, sur de nouveaux produits, des méthodes pour protéger l’environnement, leur biscuit préféré… Les idées reçoivent des commentaires d’autres clients et celles qui reçoivent les meilleures notes sont mises en applications. A titre d’exemple, l’idée qui a eu le plus de succès a reçue 95 000 votes et 1030 commentaires. Voici le nombre d’idées soumises à ce jour:

Capture

Si vous voulez du café à la fraise, des portes automatiques en magasin (ce n’est pas délirant quand on sort avec trois gobelets dans les mains), des muffins salés, des espaces de coworking, une carte de fidélité différente… Vous pouvez soumettre l’idée et qui sait, votre café à la fraise sera peut-être bientôt vendu.

Captured

Danone et vous: un bon début, et puis en fait non !

Pourquoi dis-je « un bon début »? Cette plate-forme est un intermédiaire entre les clients et le groupe alimentaire français. Des questions étaient posées pour connaître l’avis des clients:

  • Etes-vous plutôt fruits rouges ou fruits jaunes ?
  • Avez-vous déjà joué au Memory des 7 familles Activia ?
  • Que pensez-vous du nouveau dessert Fantasia ?
  • Avez-vous aimé le nouveau parfum Actimel saveur Abricot ?
  • Vos enfants ont-ils goûté Gervais à glacer ?

Maintenant, il faut regarder le site web. Il est loin de faire rêver. Il présente les engagements de Danone, des recettes, l’application mobile Actimel, des coupons papier de 0,2€ sur les yaourts vanille….bref des innovations peu folles. Dommage.

Dell IdeaStorm: can help take your idea and turn it into reality.

C’est une plate-forme où le client va donner son idée de produit Dell en ajoutant des articles, les promouvant, les commentant mutuellement. Les idées vont être en phase d’incubation et Dell met en visibilité celles avec le plus grand potentiel et celles qui font réagir le plus de personnes. Les chiffres parlent d’eux même: 18.555 idées soumises, 740.000 votes, bientôt 100.000 commentaires. Dell a donnée vie à environ 550 idées. Je vous invite à les découvrir sur le site web et à proposer les vôtres!

Et là vous vous dites « encore un fan des Etats Unis d’Amériques qui fait les éloges des boîtes américaines innovantes et qui crache dans la Danette ». Niet ! Un constructeur français a lancé quelque chose de très intéressant ! Cocorico.

Source : http://www.leblogmoto.com/2008/10/22/peugeot-et-les/

Source : leblogmoto.com

Peugeot: Imaginez la Peugeot des mégalopoles de demain

Peugeot a proposé aux jeunes designers d’imaginer la voiture des mégalopoles de demain. Le crowdsourcing peut être orienté et récompensé et Peugeot a indiqué aux designers qu’ils étaient à la recherche d’un concept car moderne axé autour des quatre critères suivants: le respect de l’environnement ; l’harmonie sociale ; la mobilité interactive et l’efficacité économique. Résultat: 2000 projets proposés, 95 nationalités ce qui a donné 600.000 visiteurs et 132.000 votes. Le vainqueur a reçu 10.000€ et la maquette de la voiture imaginée sera exposée au Salon de Shanghai. (Source : Industrie & Technologie)

Le crowdsourcing existe aussi dans la mode où on peut trouver des super initiatives: La Fraise  propose un concours où des créateurs peuvent proposer leurs dessins et se voir attribuer 1000€ à chaque création graphique sélectionée.

Pourquoi ne pas donner officiellement la parole aux clients ?